Revendications

 

 

 

  Nos revendications principales avec le Front Commun des Personnes Assistées Sociales du Québec (FCPASQ) sont les suivantes:
 1

L’intégration du principe de pleine indexation des prestations dans la Loi sur l’aide aux personnes et aux familles et le remboursement des montants dus aux personnes assistées sociales qui ont subi la demi-indexation de leur prestation de janvier 2005 à décembre 2008;

Tout dans la vie augmente, que cela soit l'électricité, le loyer, l'épicerie, et c'est pour cette raison qu'il existe des indexations pour s'assurer que lorsque ces coûts montent, on puisse payer, au minimum, les besoins essentiels peu importe qui on est dans la vie.  Avant janvier 2009, à l'aide sociale, seulement les prestataires avec contraintes sévères (le programme Solidarité Sociale) avaient la pleine indexation et ceux avec la contrainte temporaire et aptes (le programme d'Aide Sociale), eux n'avaient que la moitié!  Pourtant, la pinte de lait coûte la même chose peu importe la catégorie qu'on est classée. 

Pour plus d'information, vous pouvez télécharger l'historique fait par ADDS Québec Metro en cliquant ici

 2

L’arrêt du détournement des pensions alimentaires pour enfants par l’État. 

La pension alimentaire à été mise en place pour s'assurer que lors d'une séparation ou divorce, l'enfant ne souffrirait pas à cause de la décision de ses parents.  C'est-à-dire, qu'il ou elle pourrait continuer de faire les mêmes activitées qu'il ou elle fesait avant le divorce.  Donc, la pension alimentaire ne devrait pas être comptabilisé comme un revenu pour le parent puisqu'il ne sert pas à ça.  Actuellement, ce sont seulement à l'aide sociale, aux prêts et bourses et à l'allocation du logement qu'on calcul la pension alimentaire comme un revenu.  Ce qui veut dire que la personne a le droit de touché jusqu'à 100$ de la pension et le on coupe le reste. De plus, il y a une action à travers le Québec pour cette revendication en concertation avec les étudiants. 

 3 L’abolition des catégories de personnes dans la Loi sur l’aide aux personnes et aux familles pour que toutes les personnes assistées sociales aient accès à la prestation qui est actuellement octroyée aux personnes considérées comme ayant des contraintes sévères à l’emploi.

 

 

 

 

 

Action Plus demande aussi:

  • Un barême plancher duquel on ne peut couper pour les prestations (en ce moment le gouvernement peut couper jusqu'à 224$ par chèque).
  •  
  • Et que les critères de la notion de vie maritale changent. 
  •